TwitLonger

HOW THE @UNDP DISCRIMINATES JOURNALISTS IN MACEDONIA ON PARTISAN GROUNDS. PLEASE SHARE

English version (la version française suit l'anglaise)

This is the testimonial of a well known investigative journalist from Macedonia, Meri Jordanovska who used to work for A1 TV, the last broadcaster critical of the government’s work in Macedonia, which was shut in 2011 in an extremely controversial move, revealing the implications of the executive power in the judiciary.

Jordanovska then started to work for Fokus, the last independent newspaper. The owner of this paper lost his life in a car accident, never elucidated to this day. Due to this tragic event, the paper is now out of resources to print.

Today in Macedonia there are no mainstream opposition media. The only exceptions are few informative web portals. This smothering of the media landscape of the country has been denounced by all the international institutions or organizations such as Reporters without borders, Freedom House, to name only a few.

In this testimonial Jordanovska reveals the collaborationism of the international organizations with the authoritarian regime in Macedonia, in this case the development agency of the United Nations, UNDP.

And this is not an isolated case. A few years ago, one young activist who participated in a civil protest against the construction of a church in the center of Skopje, was fired by her temporary employer, OSCE/ODIHR, because her visible appearance in a civil protest "might cause conflicts in their everyday communication with the Minister of Interior". The project for a church in the city centre was… a project of the Macedonian Government.

These organizations are financed by YOUR states, with YOUR tax money. They are present in our countries to help the democratic transition, the respect of human rights and the rule of law. But if even the international organizations are not able to stand against the authoritarian drift in a fragile democracy such as Macedonia, who will?

Please share this testimonial and ask your governments to take their responsibilities. Their staff should abide by the highest ethical standards abroad. Nothing less than what you would expect in your own country.

Sincerely yours,
All the independent journalists, activists, intellectuals, artists, students and citizens of Macedonia who believe in democracy!

This is Meri’s testimonial:



“On which side are you?”

I lost confidence in the state institutions long ago. I know exactly why, too - it is due to the deep penetration of politics in them. This is something that I have long accepted, and I believe that I am not the only one who has felt the division on “yours and ours,” “you and we,” “patriots and traitors,” “communists and fascists,” on her own skin. That is our society. Partisan and bipolar to the core. But I never thought there would be a time when I would feel on my own skin the politicization of an international organization, an institution that should be the pillar and foundation of human rights and freedoms! I felt it, and I have to admit, it hurt!

Recently, the representation of UNDP (United Nations Development Program) in the country was to organize a debate on domestic violence. A colleague of mine, a journalist, prepared an analysis of the media reporting on domestic violence and, due to him being away at that time, asked me, as a journalist who had followed the issue, to present instead of him. Nothing difficult, right? All I had to do was to prepare a few slides and present in front of the attendees. However, the Minister of Labour and Social Policy Spiro Ristovski was supposed to be one of the attendees. I had no problem with that, and why would I, but apparently someone else had.

So, when I sat down with my colleague and two UNDP representatives (I do not think their names are as important as the organization they represent) to agree on the debate, their first question was:
- Meri, you are known to use a little harsh language, you are very loud... so we would like to know if you have written anything against the Minister Ristovski?

A billion question marks were running through my head. What does the UNDP debate on domestic violence have to do with my stories about the Minister? I told them I did not know what the link between the two was, and if it was any consolation, I had not written anything in favor or against the Minister.

We arranged the details around the presentation, when 20 minutes later, the UNDP representative called and said:
- We discussed the issue, several levels will have to approve for you to present, so not to prolong this any further, we decided to do the presentation ourselves.

Alright. That is what they decided. But, at the same time, they called my colleague, the author of the analysis, and said:
- Look, if Meri gives the presentation, it could cause us problems. She is very loud, and you know, the Minister will also attend the debate... So, we do not want to get ourselves in trouble, we decided to hire a journalist who is less exposed in the public...

Not to drag this out further... The revolt and the lies grew to that degree that my colleague cancelled the engagement, the journalist that they wanted to hire instead of me declined, and I informed all the international institutions about the case, including the United Nations headquarters. I received an apology from them, but also from the UNDP representative who “did not know I was that offended.”

No, I was not offended by an international organization at the highest level not considering me worthy to present on domestic violence in front of the Minister Spiro Ristovski. I was solely disappointed by the staff of the international representations in the country. I understood only that a big part of them are similar to the state institutions - politicized and divided to the core, to a degree that they had forgotten what their primary goal was - the protection of human rights and freedoms. The right to publish information in favor or against the Minister, and the right to make a presentation on domestic violence in front of him! The right to be loud and to advocate my views if I firmly believe in them, without being punished for so doing! The right to agree with something, without being labelled as ours or theirs. So, I ask the UNDP - on which side are you and do you believe in the basic human rights? As for me, I’m nobody’s, which is possibly the reason for the bravery to clearly state my opinion.

I do not know if the debate on domestic violence took place and how it went. But, after everything I saw, I do not believe that the ultimate goal of the debate was to find ways to solve the problem. If that were the case, the first thing they asked me would have been about domestic violence, not about the attendance of the Minister Spiro Ristovski and my texts regarding him.

Once again, for the umpteenth time, I felt unwelcome in this divided country. But this time it hurt a lot more because I witnessed with my own eyes how the international representations in the country have also entered the vortex of that division. Is there anything left in which we can wholeheartedly believe?








Français
Ce qui suit est le témoignage d’une journaliste d’investigation macédonienne renommée, Meri Jordanovska a notamment travaillé pour la défunte TV A1, la dernière télévision critique du gouvernement qui fut fermée en 2011 dans un contexte extrêmement controversé, révélateur de l’implication de l’exécutif macédonien dans la justice. Elle est ensuite passée dans le dernier journal d’opposition au pouvoir, Fokus, dont le propriétaire a perdu la vie en mars de cette année dans un accident de voiture encore non élucidé. Depuis sa mort, le journal n’a plus les moyens de fonctionner. Aujourd’hui en Macédoine, il ne reste plus de médias mainstream d’opposition, mis à part quelques portails web.

L’obscurité médiatique dans laquelle vit notre pays est dénoncée par toutes les institutions et organisations internationales compétentes – Reporters sans frontières ou Freedom House, pour n’en citer que quelques-uns. Dans ce témoignage, Jordanovska fait éclater au grand jour le collaborationnisme des organisations internationales avec le régime autoritaire en place en Macédoine. Il s’agit en l’occurrence de l’agence pour le développement des Nations-Unies, UNDP. Ce n’est malheureusement pas un cas isolé.

Il y a quelques années, une jeune activiste qui était sortie manifester contre la construction d’une église sur la Grand Place de Skopje, s’était fait licencier par son employeur temporaire, l’OSCE/ODIHR pour sa « participation visible » à un évènement purement civil car cela « pourrait causer des ennuis dans leur communication avec le Ministère de l’Intérieur ». En effet, le projet de la construction d’une église était un projet… du gouvernement.

Ces organisations sont financées par VOS Etats, avec vos impôts, ils se trouvent dans nos pays pour aider la transition démocratique, le respect des droits de l’homme et de l’Etat de droit. Si même la présence internationale ne peut plus empêcher le ver de la dérive autoritaire, qui ? Faites tourner ce témoignage et demandez des comptes à vos gouvernements !

Le personnel qui y travaille doit respecter les standards éthiques les plus exigeants, rien de moins que ce que vous accepteriez chez vous.

Sincèrement vôtres,
Les journalistes, activistes, intellectuels, artistes, étudiants, et citoyens indépendants de Macédoine et déterminés à défendre la démocratie jusqu’au bout.




Voici le témoignage de Meri:

« Vous êtes de quel côté, vous ? »
Ca fait longtemps que j’ai perdu toute confiance dans les institutions étatiques. Et je sais exactement pourquoi - à cause da la profonde pénétration de la politique partisane en leur sein. Ca fait longtemps que je m’y suis faite, et je suis certaine que je ne suis pas la seule à avoir ressenti personnellement cette division profonde : « les nôtres et les vôtres », « nous et vous », « les patriotes et les traîtres », « les communistes et les fascistes ». Elle est comme ça notre société macédonienne aujourd’hui. Politisé et bipolaire à fond. Mais jamais je n’aurais pensé ressentir cette même division purement locale au sein d’une organisation internationale, une institution sensée incarner un pilier des libertés et droits de l’homme. Ca m’est arrivé et j’avoue – j’ai eu profondément mal.

Récemment donc, la représentation à Skopje, UNDP, le programme de développement des Nations-Unies devait organiser un panel de discussion sur les violences familiales. Un collègue journaliste avait effectué une analyse sur la représentation du sujet dans les médias en Macédoine, et comme il partait en voyage à ce moment, il m’a demandé de faire la présentation publique à sa place pendant la conférence, étant donné que j’ai travaillé sur ce sujet. Rien de bien compliqué, n’est-ce pas…

Oui, mais, parmi les participants à cette discussion se trouvait le ministre de l’emploi et des affaires sociales, Spiro Ristovski. Ce qui ne me posait personnellement aucun problème et pourquoi cela devrait-il en être un ? Apparemment ce l’était pour quelqu’un.
Je me suis donc assise à une table avec mon collègue et deux fonctionnaires de UNDP (je ne pense pas que leurs noms soient plus importants que l’organisation qu’elles représentent) pour qu’on se mette d’accord sur la conférence. Leur première question fût :

- Meri, tu sais que tu es parfois un peu acerbe dans tes propos, tu fais du bruit, on voudrait savoir si tu as déjà écrit quelque chose contre le ministre Ristovski ?
Mille points d’interrogation dans ma tête. Quel rapport entre les violences familiales et mes articles sur le ministre ? Je leur ai dit que je ne comprenais pas le rapport mais que si ça pouvait les consoler je n’ai jamais rien écrit contre le ministre.

On s’était à peine mis d’accord sur les détails autour de la présentation que vingt minutes plus tard une autre représentante de UNDP m’appelle et me dit :
- On a discuté, il faut que plusieurs niveaux approuvent que tu sois en charge de cette présentation, alors on va pas tirer en longueur, on se chargera de la présentation nous-mêmes.
D’accord. C’était leur décision. Mais en même temps, ils ont appelé mon collègue, l’auteur de l’analyse et lui ont dit :
- Ecoute, si c’est Meri qui fait la présentation, on va avoir des problèmes. Elle est trop bruyante, et tu sais le ministre sera à la conférence, on veut pas de problèmes, on va choisir un journaliste moins exposé dans les yeux du public.

La révolte – et les mensonges – étaient tels que mon collègue a annulé sa présentation, et la journaliste qu’ils voulaient engager à ma place a refusé. Quant à moi, j’ai informé toutes les organisations internationales dans ce pays sur cette affaire, y compris la centrale des Nations-Unies. Ils m’ont envoyé des excuses, ainsi que la représentante de UNDP qui, je cite, « n’était pas conscient que j’étais tellement vexée ».

Non, je ne suis pas vexée qu’une organisation internationale ait estimé que je n’étais pas suffisamment digne pour mener une présentation en présence du ministre Spiro Ristovski. Je suis simplement déçue par le personnel employé dans ces organisations internationales. J’ai simplement compris que la plupart d’entre eux sont pareils à ceux qui travaillent dans nos institutions macédoniennes – à ce point politisés et divisés qu’ils en oublient leur fonction et la protection des droits humains. Mon droit de publier une information qu’elle soit critique ou pas du ministre, mon droit de mener une présentation en sa présence. Mon droit d’être « bruyante » quand je donne mon opinion et que j’y crois, sans être punie. Mon droit d’être engagée sans être accusée d’appartenir à un parti politique pour autant !

Alors je demande à UNDP : vous êtes de quel parti, vous ? Et est-ce que vous croyez dans les droits fondamentaux ? Moi, je ne suis d’aucun côté, c’est justement pour ça que j’ai le courage de mes opinions.
Je ne sais pas si la conférence sur les violences a eu lieu et si elle s’est bien passée. Mais après tout ce que j’ai vu, je ne crois pas que leur objectif ait été d’y trouver des solutions. Parce que si c’était le cas, la première question qu’ils m’ont posée aurait concerné le sujet et pas la présence du ministre Ristovski et mes articles à son sujet.

Pour la énième fois je me suis sentie malvenue dans ce petit pays divisé par la politique partisane. Mais cette fois c’était bien plus douloureux parce que je me suis rendue compte que ce tourbillon de division a emporté les organisations internationales présentes dans ce pays. Nous reste-t-il la moindre chose dans laquelle nous pouvons encore avoir vraiment confiance ?

http://tl.gd/n_1rkk2v9 · Reply
Report post (?)