TwitLonger

AMeghirbi

AM1977 @AMeghirbi

20th January 2013 from Twitlonger

Réponse à #Envoyéspécial ! @France2TV
Suite à la diffusion le jeudi 17 Janvier 2013, d’un reportage dédié à la Tunisie sur France 2 dans l’émission « Envoyé Spécial », bon nombre de tunisiens, parmi lesquels beaucoup de professionnels du tourisme, se sont manifestés à travers les réseaux sociaux pour faire part de leur mécontentement quant à ce reportage produit par la société CAPA. Intitulé « la Tunisie sous la menace salafiste », ce reportage dresse en effet un portrait totalement erroné de cette jeune démocratie qu’est la Tunisie, et oriente son discours, quitte à transformer les dires des différentes personnes interviewées, au profit d’une vision apocalyptique et fantasque afin de s’assurer un audimat conséquent. Diffusé à une période stratégique pour l’économie du pays, ce reportage, même si regardé par une minorité de français, risque de nuire à notre pays en pleine reconstruction.

J'ai fait partie des intervenants et mon temps de parole s’est retrouvé, comme souvent dans ce type de reportage, réduit au minimum mais egalement, mes dires ont été tronqués et réinterprétés aux dépends d’une réalité toute autre mais volontairement occultée par la rédaction en quête alors de pur sensationnel. Je souhaite aujourd’hui réagir à travers cette lettre ouverte dans laquelle je souhaite rétablir certains points abordés lors du tournage mais aussi rétablir certaines vérités, encore une fois, totalement occultées par la rédaction.

J’ai été et, à l’instar de la majorité des Tunisiens qui ont regardé Envoyé Spécial, désagréablement surpris et choqué voire même outré et révolté tant les qualificatifs ne manquent pas pour exprimer mon ressentiment, par ce reportage dont le seul objectif était la recherche du sensationnel et la quête d’un audimat confortable, au dépend de l’éthique et de l’Information.

Je suis d’autant plus touché puisque je faisais partie des personnes interviewées dans une démarche éditoriale initialement présentée comme destinée à relancer l’image de marque de mon pays à un moment crucial de la préparation de la saison estivale Eté 2013 puisque le mois de Janvier est considéré comme une période importante pour effectuer les réservations. J’étais d’ailleurs en plein salon au Luxembourg lors de la diffusion de ce reportage qui me laisse aujourd’hui perplexe quant à l’éthique « informative » de cette chaîne publique française et qui me pousse à me poser beaucoup de questions :

- Pourquoi a-t-on choisi ce moment de l’année pour diffuser un tel reportage alors que son passage était programmé pour début décembre comme on nous l’avait assuré lors du tournage en novembre dernier ?

- Quels sont les réels objectifs de France 2 et CAPA TV avec la diffusion d’un reportage aussi sensationnel que diffamatoire auprès d’un public qui représente historiquement le principal cœur de cible touristique de la Tunisie ?

- Pourquoi cette diffusion au moment de l’intervention française contre les Djihadistes au Mali et celle des intégristes dans le Sud Algérien ?

Beaucoup de questions sans réponses encore à ce jour, mais qui tendent à prouver que cette diffusion est loin d’être innocente.

Concernant les informations qui me sont faussement attribuées en voix-off dans ce reportage, il me semble là encore, nécessaire de revenir sur ces dernières.

Tout d’abord, vis-à-vis du groupe hôtelier que je représente et qui a, pour l’anecdote, reçu pendant les 3 jours de ce tournage l’équipe de CAPA en lui faisant découvrir les atouts de l’établissement (restaurants, soirée lounge, etc.) : l’Alhambra Beach Golf & Spa ne compte pas 400 lits mais quasiment le double ! Toujours concernant l’établissement, je n’ai jamais dit que « les réservations avaient été divisées par 4 depuis 2010 », j’ai signalé au journaliste que « la saison était très bonne, voire excellente jusqu’aux événements survenus à l’Ambassade Américaine et que la baisse de fréquentation ressentie en ce début du mois de novembre – moment du tournage de l’émission – était due essentiellement à cet événement, mais que nous restions relativement confiants pour le reste de la saison.

Des dires qui ont été volontairement tronqués afin de donner une image alarmiste de l’économie hôtelière en Tunisie, économie dont j’ai rappelé l’importance en mettant l’accent sur une réalité on ne peut plus basique : la baisse de l’activité touristique entraine fatalement l’activité de tout un pays puisque source première. Des dires qui ont bien évidemment été conservés mais réorientés au profit d’une ligne éditoriale souhaitant plus tirer vers le bas que vers le haut l’image de notre Tunisie.

Concernant le Salafisme en Tunisie, j’ai dès le départ précisé que le Salafisme en Tunisie était avant tout une question tuniso-tunisienne tout en assurant la rédaction que ni les autorités, ni la Direction générale du Groupe ne nous ont demandé d’instaurer une sécurité particulière dans les hôtels. Je me suis même permis de lui rappeler que les 200 Salafistes qui ont effectué dernièrement une prière sur la place de la Concorde à Paris n’empêchent pas les touristes d’aller flâner sur les Champs-Elysées ! J’ai ensuite rappelé à ces mêmes journalistes que durant les 2 ans post-révolution, nous avons accueilli un peu plus de 5 millions de touristes Européens et qu’aucun n’a été touché, inquiété ou agressé. Quant à la question de l’agression de l'elu Franco-Tunisien Jalel Gharbi, j’ai rappelé que nous ne connaissions pas tous les détails de cette affaire et que, dans tous les cas, nous condamnons avec fermeté cette agression.

Même si, aujourd’hui, le mal est fait. Le résultat en effet ne s’est pas fait attendre puisqu’au lendemain de la diffusion de ce « reportage » nous recevions appels et courriels de clients inquiets quant à leurs prochains séjours. Il me semble nécessaire de remettre les choses à leur place. La Tunisie n’est pas un nouvel Afghanistan ! Que les médias cessent de prendre pour cible notre jeune démocratie qui, comme toute démocratie, se construit au quotidien avec son lot de contradictions et de débats. N’est-ce d’ailleurs pas en confrontant ses idées que l’on se construit ? La Tunisie reste un pays d’accueil touristique, un pays qui se fait un devoir de tout mettre en œuvre pour le bien-être de ses hôtes. Depuis 2 ans, la Tunisie a retrouvé sa liberté et œuvre depuis et au quotidien à sa reconstruction… Mais comme le dit le proverbe : Paris ne s’est pas fait en un jour. Aussi, laissez-nous le temps de grandir et, sous prétexte d’audimat, ne succombez pas à la tentation de nous couper l’herbe sous les pieds

http://tl.gd/kp2q9k · Reply
Report post (?)